Marcel PRENANT

 - Matricule 34190 -

 

Expériences criminelles

 "Il est notoire que dans chaque camp de concentration étaient systématiquement organisées, sous la direction des maîtres de la médecine hitlérienne, des expériences criminelles où le rôle de cobaye était tenu, à leur insu, par des centaines de détenus. Ces recherches étaient spécialisées suivant les camps. A Neuengamme, il s'agissait de la tuberculose pulmonaire. Elles étaient dirigées par le docteur Heissmeyer, qui habitait Berlin, mais venait au camp une fois par semaine pour voir où en étaient ses expériences. A l'occasion, il faisait pendre en secret au bunker une de ses victimes humaines pour en prélever les organes, comme un biologiste peut, au bout d'une expérience, sacrifier un cobaye aux fins d'examen.

Heisssmeyer avait donc à sa disposition, sur place, toute une équipe de collaborateurs choisis parmi les détenus. Ceux-ci n'avaient pu, sous peine de mort, se dérober à cette désignation. Tels étaient Florence et Quenouille. Tous deux étaient donc au courant de bien des choses et ils m'en firent part. S'ils m'ont choisi comme confident c'est que les secrets dont ils étaient porteurs étaient trop graves pour qu'ils puissent garder le moindre espoir de se tirer vivants de cette aventure (*). Ils voulaient du moins que quelqu'un pût témoigner(**) de la culpabilité réelle des dirigeants nazis."

(*) Les docteurs Florence et Quenouille furent pendus, dans la nuit du 19 eu 20 avril 1945, en même temps que 20 enfants juifs qui avaient servi de cobayes et dont ils avaient la charge.

(**) Marcel Prenant, professeur à la Sorbonne a été appelé à témoigner lors du procès qui s'est tenu au Curio-Haus, à Hambourg, en mars 1946.

 

Chirurgien improvisé

 "L'infirmerie n'était qu'un rouage de cette énorme machine à broyer les hommes. Ainsi le premier chirurgien était un allemand parmi les plus anciens du camp. A son arrivée à Neuengamme il était chauffeur de taxi, et n'avait jamais touché un bistouri, ni fait aucune étude médicale. Il n'empêche que le commandement SS l'improvisa un beau jour chirurgien. Nul ne pourrait dire combien il a tué de patients au cours de ses premières expériences."

Marcel PRENANT, Toute une vie à gauche, ENCRE, Paris, 1980.