Table ronde : « Histoire du camp des Milles et éducation citoyenne : comprendre pour demain »,   (camp des milles à blois)

Comment, à partir de l’histoire d’un lieu de détention – lieu de honte –, parvenir à apporter un éclairage pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui ? Comment en faire une mémoire référence et en tirer des leçons pour aujourd’hui ? Le Mémorial du camp des Milles vise à servir de repère citoyen pour aider les jeunes visiteurs (et les moins jeunes !), en proposant un parcours en trois volets : historique, pour savoir – mémoriel, pour découvrir – réflexif, pour comprendre (comprendre que l’on retrouve, à travers les lieux et les âges, les mêmes mécanismes humains d’engrenage vers le pire mais aussi de résistance).A lire : A. Chouraqui, Pour résister à l’engrenage des extrémismes, des racismes et de l’antisémitisme, Ed. Cherche Midi, mai 2015, 16,90 €.Une brochure pédagogique est publiée par le Site-Mémorial du Camp des Milles : « Une visite adaptée pour vos élèves ». Par la réflexion qu’elle propose, elle peut se révéler utile même en dehors de la visite du site mémoriel, particulièrement cette année, en relation avec le thème du Concours National de la Résistance et de la Déportation (Résister par l’Art et la Littérature).

A consulter : www.campdesmilles.org

Table ronde : « Le numérique, mémoire des camps nazis »  (voir table ronde)

Une autre manifestation de l’Interamicale était l’organisation d’une table ronde animée par Dominique Durand, vice-président de l’association Buchenwald-Dora, et Daniel Simon, président de l’amicale de Mauthausen. Le thème de cette table ronde : « Le numérique mémoire des camps nazis ».
Isabelle Ernot de l’UDA (Union des Déportés d’Auschwitz) présentait le site de l’Interamicale, un site Internet commun pour lequel chacune des amicales a fourni d’importantes archives : photographies, cartes et plans, témoignages écrits ou audiovisuels, etc., qui pourront être utilisés à des fins pédagogiques. Ce site sera présenté le vendredi 6 novembre, à Caen, dans le cadre des « Mémoriales » et sera opérationnel en avril 2016, pour la Journée nationale de la Déportation.
Jean-Louis Roussel (professeur d’histoire, formateur à l’ESPE de Rouen, vice-président du comité international de Mauthausen) et Bernard Obermosser (Canopé-Rouen) ont créé, dans le cadre de   l’Education Nationale et du réseau Canopé1, un web-documentaire, « Mémoires européennes des camps nazis», à l’usage d’un public enseignant. Ce projet, d’une durée de 7 h 30, dans lequel 40 intervenants présentent une panoplie d’analyses, a pour objectif d’accompagner et de guider la réflexion des enseignants. Il sera mis en ligne à partir du 1er novembre 2015.
Cyril Roy (responsable éditorial de Canopé-Nantes) et Alexandre Bande (professeur d’histoire en classe préparatoire et membre de la Commission Enseignement à la Fondation pour la Mémoire de la Shoah) ont montré une exploitation possible des deux albums d’Auschwitz : un album de photographies prises par un SS anonyme et découvert par une survivante, Lili Jacob, en 1945, et l’album ayant appartenu à un autre SS, Karl Höcker. Deux témoignages exceptionnels éclairant le fonctionnement du système génocidaire nazi.
Les présentations ont démontré que ces démarches inédites, utilisant les nouvelles technologies, sont complémentaires. Elles ont été largement plébiscitées par un public enthousiaste.

Rendez-vous à Blois, à l’automne 2016, autour du nouveau thème : « Partir ».

J. Grassin