NEUENGAMME

Camp de concentration en Allemagne du nord

Le déporté agonisant – oeuvre de Françoise Salmon, ancienne déportée. © Amicale de Neuengamme

Les hommes normaux ne savent pas que tout est possible. Même si les témoignages forcent leur intelligence à admettre, leurs muscles ne croient pas.

Les concentrationnaires savent.

David Rousset, L’Univers concentrationnaire,
Hachette, coll. Pluriel, n°913 (page 181) 

Présentation du camp

LE CAMP EN CHIFFRES

106 000 déportés de 28 nationalités
Entre 48 et 49% de rescapés
11 500 Français et Françaises
Entre 35 et 36% de rescapés (soit environ 4140 déportés)

SITUATION 

Dans le nord-ouest de l’Allemagne, à 25 km au sud-est de Hambourg, sur la rive droite de l’Elbe. Plaine marécageuse au sous-sol riche en argile. Hivers très froids, vents du nord et de l’est, étés chauds et humides.

* Matricule du 1er Français connu arrivé à Neuengamme 
Anton GIES, né le 26 mai 1890
à Algrange (Moselle), décédé le 20 août 1940.

Remerciements

Nous sommes reconnaissants à tous les déportés dont nous avons publié des témoignages, des allocutions, des articles, et à tous ceux qui nous ont apporté leur aide.

Nous sommes particulièrement reconnaissants à M. Pierre FERTIL (Matricule 40322) de nous avoir autorisés à publier  de nombreux dessins et peintures.

Nous remercions tous les auteurs et éditeurs qui nous ont autorisés à citer gracieusement des extraits d’ouvrages.

Merci aussi à tous ceux qui nous ont envoyé des photos pour illustrer le site.