Transmission

L’un des sens de transmettre est : « faire savoir, communiquer ». C’est ce qui nous concerne.

La transmission d’informations, de souvenirs, de documents sur la déportation est, a priori, du ressort des déportés eux-mêmes. Les témoins sont les premiers à pouvoir transmettre et de nombreux récits vous sont présentés sur ce site sous l’onglet « Témoignages ».

Les déportés survivants sont malheureusement de moins en moins nombreux et, pour lutter contre l’oubli, il revient désormais aux générations suivantes de rassembler ce qui leur a été transmis par les témoins et de le transmettre à leur tour, d’en faire bénéficier des élèves, des étudiants et, plus largement, tout public intéressé.

Ce sont donc maintenant des membres de la 2ème génération – et bientôt de la 3ème – qui vont dans des établissements scolaires, des collectivités territoriales, des associations, …  pour parler du camp de Neuengamme et de ses Kommandos, en s’appuyant sur des témoignages originaux, enregistrés et/ou écrits, mais aussi sur des récits de vie et sur des documents historiques ou des textes rédigés par des historiens.

Il est important de préciser que ces « transmetteurs » de la 2ème génération, n’étant pas des témoins, n’ayant pas eux-mêmes vécu la déportation, s’efforcent naturellement de vérifier que toutes leurs informations sont conformes à la vérité historique et ne comportent pas d’erreurs.

Chaque vécu d’un déporté est unique à plusieurs titres : par la personnalité de chacun, par ses engagements au moment de son arrestation, par la date et le contexte de cette arrestation, par les (s) lieu (x) de sa déportation – camp et kommando(s), … des critères bien différents mais qui témoignent tous de la déshumanisation voulue par le nazisme et du mécanisme de cette idéologie qui a abouti à la barbarie vécue par ses victimes.