Sélectionner une page

WÖBBELIN : Kommando extérieur puis « mouroir »

 

Si des hommes ont survécu à l’épreuve inhumaine de la déportation, il le doivent pour la plupart à la solidarité qui s’est exprimée sous des aspect multiples, permettant à l’homme de remporter la victoire sur la bête et de garder sa dignité.

Source FNDIRP « L’Impossible oubli »

Le Kommando extérieur de Wöbbelin (Prusse occidentale), créé en février 1945, a pour tâche la construction d’un camp de prisonniers de guerre (les Allemands espèrent encore capturer des Américains ou des Anglais).
Au bout de 10 semaines, en avril, il devient lieu de destination de « marches de la mort » pour les convois d’évacuation en provenance d’autres Kommandos de Neuengamme mais aussi d’autres camps.
Plus de 5 000 détenus sont entassés, sans hygiène, sans eau (une seule pompe…), recevant une maigre pitance. La mortalité est très importante.
Le 2 mai 1945, la 82e division U.S. découvre un amoncellement de cadavres et donne l’ordre d’inhumer les corps à Wöbbelin et dans des localités avoisinantes, notamment à Ludwigslust.

Détenus libérés au « mouroire » de Wöbbelin, le 2 mai 1945

Source Ed. Temmen  Gedenkstätte Neuengamme